Lettres à Ismise

L'ancien Baron de la Alth, Alex, a perdu son amour. Sa souffrance dépasse tout entendement. Il ne lui reste que l'écriture pour pouvoir tenter de se libérer un peu.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Décembre 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Décembre 2016   Mar 6 Déc - 10:15

Le 01 décembre 2016, midi passé,

Mon bébé,

Il est midi passé et je n’ai toujours pas trouvé le courage de manger. Il va falloir que je me force un peu car il fait froid et j’ai pas mal de choses à faire cet après-midi. J’espère rentrer ce soir sinon le fauve va être juste au niveau de la nourriture. Ce n’est pas gagné. Trop d’affaires  à régler et peu de motivation pour y parvenir…

Le 01 décembre, en soirée,

Une nouvelle fois me voilà au bord de la glace. Où que j’aille, il fait froid. Le fait d’avoir couru partout a engendré transpiration ce qui n’aide pas à me réchauffer. J’aimerais que tu sois là à mes côtés Ismise, à partager mes nouvelles activités et surtout à m’aider à en créer de nouvelles pour nous. Rien n’est impossible. Tu sais que je suis capable de changement quand la motivation est importante et tu en es capable aussi. Il est toujours concevable de partir sur des bases solides, sans mensonges, sans non-dits. Nous n’avons pas besoin de nous découvrir mais nous redécouvrir. Tout me manque en toi. Sans toi je ne vis plus, je marche juste de manière mécanique, insensiblement. Mais je rêve de ce retour. A chaque appel que je reçois, à chaque missive que je reçois j’espère inlassablement que c’est toi. Je sais que je ne devrais pas mais je ne sais pas faire autrement. C’est la seule chose qui fait que je n’utilise pas la corde que tu m’as donné pour me pendre.
Tu me manques Ismise. Je t’Aime.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Jeu 8 Déc - 13:20

Le 02 décembre 2016, pleine nuit,

Mon cœur,

Je voulais dormir, la journée a été très chargée. Je suis rentré pourtant malgré l’heure tardive. Le carrosse que je mène était prêt à me ramener et laisser le fauve seul ne me plait guère. Je suis donc rentré dans ma grotte. En arrivant j’ai ouvert l’œil sur les images mobiles et je tombe sur un groupe de saltimbanque. Ils accomplissaient leur tâche divertissante. Quatre personnes sont mises en valeur et, à croire que je suis maudit, je les connais bien, toi de même. Ils étaient là acoustiquement au début de notre idylle. Le pire c’est qu’ils ont repris des chants qui étaient présents lors de notre rencontre, que j’ai écouté et que je t’ai fait écouter. Je souffre mon amour. J’ai pleuré pendant des heures. Je sais que la musique n’est plus mon amie. Je n’ai pourtant pas réussi à fermer la boite.

S’il-te-plait, reconsidère tout Ismise. Je ne peux être meilleur sans toi. Je souffre trop pour m’améliorer. Au contraire, malgré mes efforts je retombe dans mes travers. A ce rythme, j’ai réussi à être pire que quand je t’ai accueilli. Régresser ainsi n’est plus possible. Je me demande si j’ai une raison de vivre. Oui encore ! Tu voulais que je disparaisse, ne t’inquiète pas, je réfléchis de plus en plus souvent à la question. Des fois je me dis que c’est peut-être la meilleure solution. Peu souffriront, peu en seront ravis mais si toi tu pouvais en tirer avantage alors l’idée n’est pas si saugrenue. Le problème qui se pose est celui du fauve. Je ne veux pas qu’il termine en cage ou qu’il soit un poids pour d’autres. Il faudrait qu’il disparaisse aussi mais je sais que je serais incapable de faire ça. Je le regarde dormir pas loin de moi. Je le touche à peine et il devient bruyant pour signifier son bonheur. Un rien lui suffit depuis que je l’ignore la plupart du temps. Il se tend, plisse les yeux. Ça me fait mal de l’éviter comme je fais depuis des mois mais faire autrement n’est pas mieux. Je ne peux lui faire plus de mal. Il a déjà été victime de « l’abandon » de sa « maman » et paye tous les jours ton absence, comme moi.

Je vais arrêter de délirer et de raconter des histoires dont les issues sont incertaines. Il faut que j’arrive à m’endormir pour quelques heures afin de penser autrement. Tu me manques tellement.
Je t’Aime Ismise.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Jeu 8 Déc - 13:21

Le 02 décembre, la journée,

Mon bébé,

Il m’aura fallu pas mal de temps pour m’endormir. Déjà il fallait que j’arrête de pleurer ce qui n’a pas été une mince affaire. J’en ai marre. Ça va néanmoins mieux que cette nuit mais rien n’y fait. Quelques heures de repos ne suffisent pas à calmer ma douleur. Comme tous les jours, la journée n’a été et ne sera que souffrance. J’avais des choses à faire aujourd’hui mais comme souvent j’ai été incapable d’avoir le moindre contact humain. Je me sens trop faible pour ça et pleurer devant des gens ne m’enchante pas. Je vais terminer ma journée avec le fauve enfermé, dans le noir, à attendre que le soleil se couche. J’ai mal. Demain matin, j’ai une mission donc il faut que j’évacue mon chagrin au maximum aujourd’hui. Il est temps que j’arrête d’étaler ma souffrance aujourd’hui. Tu me manques Ismise. Je t’Aime fort.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Jeu 8 Déc - 13:22

Le 05 décembre 2016,

Mon amour,

Ces trois derniers jours ont été atroces. Ma souffrance et mon chagrin vont en empirant. J’ai quand même rempli mes tâches ces derniers jours tant bien que mal. Pourtant c’est difficile de trouver la force d’y arriver. Aujourd’hui, une nouvelle fois, je me suis enfermé laissant de côté certaines tâches importantes. Chaque instant loin de toi est invivable Ismise. J’ai l’impression d’étouffer. Cette boule au torse est de plus en plus insupportable. Je t’Aime Ismise. Tu me manques.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 13 Déc - 11:40

Le 08 décembre 2016, le matin,

Mon cœur,

Il fait beau. Pas un brin de vent et grand soleil ce qui n’empêche pas que j’ai froid. Pourtant les émissions de chaleur sont présentes et fortement actionnées. C’est le fauve qui est content, lui il en profite. Je me suis forcé à manger ce matin, voilà deux jours que je me nourrissais peu. Difficile de trouver la force de manger quand la faim n’est pas présente. La faim va comme le reste, je n’ai pas d’envie. Que faire et pourquoi le faire ? Je n’arrive pas à trouver les réponses à ces questions. Les seules choses dont je suis sûr sont les sentiments que je porte à ton égard Ismise. Qu’est-ce que l’amour ? Des connexions neuronales liant certains neurones les uns aux autres créant ainsi des sensations  comme ce qui fait prendre conscience de ce sentiment. J’aimerais pourtant le faire disparaitre. Pourquoi mon cerveau est-il incapable de souplesse ? Pourquoi je n’arrive pas à t’en vouloir ? Pourquoi je n’arrive pas à t’oublier ? Méritais-je tout ça ?

Je reprendrai la plume ce soir quand je serai au bord de la glace, là j’ai trop mal pour poursuivre.
Je t’Aime Ismise. Tu me manques.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 13 Déc - 11:41

Le 08 décembre 2016, en soirée,

Mon bébé,

Me voilà au bord de la glace comme souvent en milieu de semaine. Journée compliquée, comme souvent les démarches administratives ne sont pas concluantes et des attentes ne vont pas être satisfaites. Ça ne m’énerve même pas, je suis plutôt blasé.

Ma « prétendante » continue à chercher à s’accrocher à moi. Il n’y a pas un jour où elle ne me parle pas et pas un jour où elle n’exprime pas son amour par missive que j’ignore pour ne pas lui laisser une ouverture. Elle me fait de la peine. Qu’elle ait quitté son compagnon malgré toutes mes recommandations, je m’y suis fait mais je ne suis pas un homme pour elle. Je ne suis l’homme que d’une femme, toi mon cœur. Et si ce n’est pas toi ce sera personne. Je ne suis pas prêt à désinvestir l’amour que je te porte. J’en suis même incapable.

Chaque événement de ma vie me fait penser à toi, à nous. Si les sentiments que tu avais pour moi sont morts, c’est que je suis mort. J’ai l’impression que mon corps est un cercueil vide de toute vie. Le philosophe disait « je pense donc je suis » mais je ne suis plus et malheureusement je pense encore. Je pense trop même et mes pensées n’apportent aucune satisfaction. Le monde tourne autour de moi mais je n’arrive pas à me caler à son mouvement. Je n’ai ma place nulle part. Vie de merde, monde de merde ! Mes parents auraient mieux fait de ne rien de s’abstenir plutôt que de me concevoir. Ils ont engendré une erreur.

Il est l’heure, je vais aller m’occuper du roi. Je t’Aime mon cœur. Tu me manques.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 13 Déc - 11:43

Le 08 décembre 2016, le soir,

Mon bébé,

Le roi est couché, il a mangé, ma mission est achevée. J’ai repris mon carrosse et je suis rentré. Je ne voulais pas traîner.

La température dans ma grotte est plus qu’acceptable et je suis encore gelé. Pourtant je n’ai pas de fièvre. Je donnerais cher pour que tu sois là pour te coller contre moi.

Le fauve attendait impatiemment mon retour. Il avait faim pour ne pas changer. Il a eu droit à sa balade digestive à l’extérieur et il n’a rien trouvé de mieux à faire que de marquer sa présence.  Ca faisait longtemps. Je n’ai pas trouvé la force de le disputer. Il faudra que je nettoie demain. Là il s’est approché de moi mais respecte une distance entre nous. Il comprend que je ne suis pas ouvert au contact et insiste rarement maintenant. De temps à autres il cherche à jouer mais je n’ai toujours pas le cœur à ça. Il est temps pour lui de vivre comme un vieux félin.

Je suis paumé. Perdu dans un labyrinthe où toutes les issues sont bouchées. Tu étais là pour me soutenir, pour me rassurer, m’empêcher de craquer. Sans toi je ne peux trouver des solutions. Tu étais ma raison d’avancer, le cœur de mon bonheur.

Tu n’imagines pas à quel point ton sourire me manque, ta voix me manque, ton esprit me manque, ton intelligence me manque, ta vivacité me manque, tes pensées me manquent, ta joie de vivre me manque,… Tout me manque chez toi. Je t’Aime mon cœur.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 13 Déc - 11:46

Le 10 décembre 2016,

Mon cœur,

Comme un naufragé, je vais continuer à envoyer mes pensées à la mer. Perdu, isolé mais malheureusement vivant, enfin ce qu’on peut appeler « vivant » car survivant est plus approprié.

Je me suis réveillé tout à l’heure suite à un nouveau cauchemar. Dans celui-ci j’étais avec deux amis que tu n’as jamais rencontrés. Nous partagions un moment de geek à déplacer des boites de jeux. Le fauve était là attaché avec sa longue laisse. Puis tu es arrivée. Tu étais belle comme tu l’as toujours été, rayonnante. Te voir me submergea de bonheur. Néanmoins, tu t’es montré distante avec moi, ne t’impliquant que dans le rangement et l’observation des boites. Puis le fauve se retrouva coincé avec le fil qu’il avait emmêlé partout. Tu accourus pour l’aider à se détacher. Je voulu t’aider ce que tu empêchas. Triste je me mis à l’écart et t’observa. Tu étais toujours aussi belle. Puis mon regard s’attacha à fixer tes mains qui détricotaient le fil. C’est là que je la vis, cette alliance que tu portais au doigt. Elle était torsadée de deux métaux, l’un doré, l’autre argenté. Mon cœur se déchira. Je fondis en larmes et calmement te demanda de partir. Tu ne refusas. Il fallut que j’insiste. Te présenter devant moi avec une preuve de ton attachement à un autre m’était insupportable. Tu le compris et disparus. Le désespoir s’empara de moi et je me mis en tête de me venger, non contre toi mais contre ce furet, ce prédateur à l’origine de tes doutes, celui qui avait profité d’une faiblesse pour te retourner l’esprit, la genèse de cette situation destructrice. C’est à ce moment que mon frère apparut cherchant par les mots à me montrer que la voie que je voulais suivre n’était pas la bonne. Cependant, je m’équipai de toutes les lames possibles, à rendre jaloux un ninja, avec pour idée en tête d’égorger la source du mal. Il m’accompagna et nous partîmes à pieds à travers la ville. Peu de temps après notre départ, le ciel se couvrit d’engins volants, certains à hélices, d’autres avec des ailes. Suivirent les bombardements, le feu, le sang, les cris. D’autres engins apparurent, terrestres cette fois. C’était le chaos. Pas de doute, une guerre était déclarée et subissions un assaut violent. Mon esprit se focalisa alors sur toi. Où étais-tu ? Étais-tu en danger ? Je n’avais pas de doute, il fallait que je te sauve. Mes idées de vengeance avaient laissé la place à un besoin de te protéger, te sauver. Je fouillis longtemps. Plus le temps passait et plus j’étais sûr que ta vie était en danger et plus l’angoisse me gagnait. A ce moment-là je me réveillai. J’étais mal, je ne t’avais pas sauvé. Jamais ça ne se termine bien. Obligé comme à chaque fois de souffrir à nouveau. Ce cauchemar, je vais le trainer plusieurs jours. Que faut-il pour que tout s’arrête ? Je n’arrive pas à aller mieux, il n’y a rien à faire.

Je t’Aime mon bébé. Tu me manques Ismise.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 13 Déc - 11:47

Le 11 décembre 2016,

Mon bébé,

Le fauve s’est mis pas loin de moi. Il ronronne après avoir été collant pendant plusieurs dizaines de minutes. Pourtant tout est en ordre, il a mangé et il a à manger, son espace est propre et il a passé au moins une heure dehors à observer les volatiles. Il a besoin d’activités mais même en me forçant je n’arrive pas à lui consacrer plus de quelques dizaines de secondes au mieux. En général, j’arrête de m’intéresser à lui dès la première montée de larmes. Ça lui laisse le temps de me lacérer la main quand même. Je souffre de le voir en demande régulièrement.

Les cauchemars continuent. Pendant mes dernières heures de sommeil, nous étions ensemble assis côte à côte dans ce qui semblait être une classe d’école. Tu étais belle comme au premier jour, comme au dernier également. Nous n’étions pas en couple mais tu riais à chaque fois que je disais quelque chose. D’autres, des prédateurs, cherchaient à gagner ton cœur. Nous enchaînions les cours et j’étais en panique, je n’arrivais pas à comprendre les prestations des intervenants et tout était trop désorganisé. J’écrivais à n’en plus finir les diverses notes que je ne comprenais pas et je n’arrivais pas à les organiser. Les feuilles volaient dans tous les sens. Puis moment de pause. Tu en profitas pour me donner rendez-vous à l’endroit affecté à notre section pour nous nourrir puis tu disparu. Nouvel arrivant, je découvris qu’il y avait de nombreux endroits où il était possible de se sustenter mais impossible de trouver le bon. Pourtant je cherchai encore et encore. Que nenni ! Tristesse, désespoir ! Je le savais, il fallait que je te retrouve, nos destins étaient faits pour que nous nous aimions. La nuit tomba alors que mes recherches restaient infructueuses. Il était tard et je me mis en quête de trouver le dortoir où tu devais passer la nuit. Mais là, comme depuis le début, il fut impossible de te trouver. Je rencontrai des gens qui me guidèrent par ci par là. En vain ! J’étais perdu, sans point de repère et je ne te trouvais pas. C’est à ce moment-là que je me réveillai.

Ismise, reconstruisons. Dépassons les préjugés. Nous étions au-dessus de ça, nous le pouvons encore. Chacun de nous a été défaillant à divers moments de notre relation. A part en ce qui me concerne, je n’ai pas à porter de jugements mais je sais que nous sommes capables de grandir de tout ce qui s’est passé, et ensemble. Il fallait du changement, je le conçois, aujourd’hui il faut faire place à une ouverture. Mon cœur, c’est toi qui a la clef et la seule qui peut décider de nous donner cette chance. Je suis fou de toi. Tu me manques Ismise.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Sam 17 Déc - 17:32

Le 12 décembre 2016,

Mon amour,

Nouvelle semaine qui débute sans toi. Aujourd’hui, impossible de voir les montagnes, trop de brume. Comme tous les jours je n’ai du courage à rien. Pourtant il le faut alors je me force.

Le fauve est tranquille aujourd’hui. Hier soir il jouait seul. Il faisait le fou à courir partout. Il s’emmêlait dans la polaire en se coinçant les griffes. Je l’ai laissé faire évidemment. Il a le droit de s’amuser et de prendre du plaisir.

Je viens de me préparer à manger mais l’odeur fleuretant avec mes narines ne me donne pas faim. Encore une fois il va falloir que je me force. Je me limiterai à la soupe de légumes, le reste attendra ce soir.

J’ai besoin de toi mon cœur. Reviens moi s’il-te-plait. Tu me manques. Je t’Aime Ismise.

Alex

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Sam 17 Déc - 17:34

Le 13 décembre 2016,

Loin, à l’horizon, apparaissait la lueur du jour. Le gel attaquait son visage. Voilà des heures qu’il arpentait le froid dans ces nombreuses venelles. L’ancien druide n’était pas au meilleur de sa santé physique et surtout mentale. Il avait besoin de marcher. Marcher ne signifie pas avancer et il s’en rendait bien compte. Perdu dans ses pensées, au milieu de la mégapole, il avançait sans but. Il savait qu’il ne la rencontrerait pas ici. Elle était restée au Duché, là où elle l’avait abandonné ne lui laissant que le désespoir et le chagrin.

Il avait rejoint la cité naine avec son félin il y a quelques temps. Etait-ce une bonne idée ? Il n’avait pas la réponse mais il savait que s’il était resté là-bas il aurait perdu la tête et aurait mis à mal son vœu de ne pas faire couler le sang. Il y pensait encore. Faire payer les coupables. Ça serait facile.
L’ancien Baron n’était plus rien. Les petits bonheurs du quotidien, ceux qui lui donnaient une raison de vivre avaient laissé la place aux larmes, à la tristesse.

Il se posa sur un banc en pierre, fouilla dans sa besace et en sorti sa pipe. Il la tassa tranquillement puis l’alluma. Les premiers levés de la cité commençaient à se mouvoir devant lui. Les commerçants commencèrent à s’activer, puis des scribes, des religieux, des ouvriers,… La vie reprenait son cours et il s’en était exclu, elle l’en avait exclu. Alex cligna des yeux essuyant ainsi le voile humide qui recommençait à couvrir ses yeux. Ses pensées, ses souvenirs le torturaient. Il était temps qu’il se cache à nouveau dans sa grotte. Il était faible, il devait absolument avaler quelque chose. C’est avec peine qu’il reprit la route.

Il n’était plus loin de son repaire. Il le voyait au loin. Il savait qu’il allait pouvoir se réchauffer, le feu allumé il y a quelques heures ne devait pas être éteint. Il murmura quelques mots :
« Reviens Ismise ! Je t’en prie ! » Comme une prière, un souhait, un espoir, puis se hâta. Trop de larmes coulaient le long de ses joues.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mer 28 Déc - 18:09

Le 15 décembre 2016,

Dans peu de temps, las aiguilles auront fait le tour du cadran. Que le temps est long lorsqu’on est loin de sa bien-aimée. L’ancien archer venait de rentrer dans son espace de vie. Suite à une invitation, il avait ce soir rendu hommage au travail de saltimbanques confirmés et d’autres en devenir. Initialement, il ne voulait pas s’y rendre. La douleur centrée dans sa cage thoracique l’avait usé toute la journée et les larmes avaient rougis ses yeux. Ceux-ci brûlaient. Pourtant il y était allé. Aucune jouissance, aucun plaisir. Il avait écouté les chants et regardé avec intérêt les diverses danses. A certains moments, lorsque le public s’esclaffait suite à des choses apparemment amusantes, il aurait pu sourire mais rien à faire, son visage était fermé comme c’était le cas depuis maintenant plus de quatre mois. Les seuls rares sourires pouvant se dessiner sur son visage n’étaient que de circonstance et du fait étaient faux. De plus, cela demandait un effort considérable. Les rares personnes l’ayant connu avant avait remarqué cet état de fait, Alex était détruit, c’était visible. Pour tout dire, il lui arrivait quelquefois de sourire vraiment, naturellement. Lorsque ses pensées le conduisaient à des moments passés avec sa barbare, celle qui lui avait donné bonheur et optimisme, celle qu’il avait aimé et qu’il aime encore avec cette force dépassant son amour propre, celle qui l’avait amené à être meilleur, celle qui était et reste sa raison de vivre.
Les mélodies qu’il avait écoutées, jouée avec talent certaines fois, étaient trop tristes. Cela l’avait démoralisé si plus est que son moral pouvait descendre encore plus bas. Heureusement, l’ancien Baron était dans le noir comme tout ce public qui semblait joyeux. Autant d’âmes heureuses et lui au milieu de cette foule à pleurer discrètement. Erudit, il connaissait les symptômes de son mal. Il savait que le moindre élément pouvait le faire craquer : un mot, une phrase, un son, une situation, une rencontre… Malgré toutes les mains tendues, malgré tous les bons conseils, il ne savait plus à quoi se raccrocher. Rien ne pouvait apporter une solution à cette douleur, à ce chagrin. Il savait que la solution résidait vers elle. Ismise était la seule qui pouvait le sortir de cet enfer. Elle lui avait tout promis, elle lui avait tout donné et lui avait tout repris. Il avait besoin d’elle.
Il se posa. Le fauve se plaça près de lui. Il était tard. Il étala de la nourriture devant lui et commença à avaler les aliments qui ne souhaitaient pas entrer dans ce corps. Il pleura à nouveau. La nuit allait être longue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 10 Jan - 18:51

Le 17 décembre 2016,

Il n'était pas sorti la veille. L'ancien druide était resté enfermé sans chercher à voir la lumière du jour. La douleur était tellement dense, il ne pouvait se montrer ainsi. Plus les jours passaient, moins il avait envie de survivre.

Aujourd'hui pourtant, il avait été obligé de sortir. Il devait repartir à la chasse, son fauve demandant à être rassasié. Le druide aussi devait se nourrir et il est vrai qu'il ne mettait pas beaucoup de cœur à l'ouvrage. Le gibier ne manquait pas à côté de sa grotte. Pour autant, il se contentait que du strict minimum. Il avait également aujourd'hui réglé quelques paperasses car même isolé il ne pouvait pas totalement se mettre en marge des autres vivants, la société lui rappelant ses droits mais surtout ses devoirs pour exister. Il s'en passerait bien, l'inclusion oui mais avec elle, sans elle il était exclu du monde des vivants.

[...]

Il se posa. Observa ses mains. Toujours cette marque d'alliance réticente. Il pleura. Bientôt elle allait disparaître et ce n'était pas pour lui plaire. Une fois les larmes séchées, il prit la plume à portée de main et la trempa dans l'encrier pour rédiger à nouveau sa complainte. L'encre se posait sur le papier et rien n'y faisait, il souffrait. Sa bien-aimée lui manquait tant. Il n'arrivait plus à assumer, à faire semblant. Il allait mal.

Les citoyens allaient se nourrir. Il était l’heure. Pourtant, comme toujours il n’avait pas faim. Il se décida à sortir pour éliminer les toxines qui envahissaient de plus en plus ce corps qui n’était que le triste résultat d’une déchéance souhaitée par celle qui avait tout autant de sentiments positifs à son égard il y a encore quelques mois. Les larmes séchaient mieux quand le mouvement était rapide. De plus, il devait rester éveillé car il devait reprendre le carrosse dans la nuit, une nouvelle mission lui avait été confiée.

Trouverait-il la force ? Il ne le savait pas. Trouverait-il l’espoir ? Retrouverait-il son amour ? Il ne voulait pas en douter. Il tient tellement à elle. Rien ne peut faire en sorte qu’il la haïsse. Si ça devait être le cas, il préférerait sûrement se faire emporter par la grande faucheuse. Ismise lui manque tellement. Il l’aime comme un fou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 10 Jan - 18:52

Le 19 décembre 2016,

Alex venait de rejoindre sa couche. Le fauve près de lui émettait des vibrations discrètes signifiantes son contentement. L’ancien Baron trempa sa plume et commença à gratter le papier. Depuis la veille il était fiévreux. Son corps n’était plus capable de le protéger contre les nombreux virus présents en ce moment. Ses yeux brûlaient, sa paroi nasale était encombrée, il toussait et les épisodes de froids et de chauds le faisaient grelotter, son crâne était affreusement douloureux sans parler des courbatures. A ce jour, les symptômes s’étaient atténués mais restaient encore trop présents.

Aujourd’hui, malgré son lamentable état physique et psychologique, il avait accompagné son ascendance qui avait fait l’effort de se déplacer jusqu’à la mégapole pour les festivités des fêtes d’hiver. Alex n’avait pas le cœur à ça mais se sentait obligé de faire face à ces contacts sociaux dont il n’était pas demandeur. Faire bonne figure pendant des heures pour pleurer ensuite le reste de la journée, c’était usant. Un seul être lui manque, il le sait. Il l’aime et elle s’en fout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 10 Jan - 18:53

Le 22 décembre 2016,

L’ancien druide allait mal. Il s’était enfermé toute la journée pour essayer de donner une chance à son corps de reprendre le dessus. La douleur psychologique était suffisamment dense et il était injuste que s’ajoute à ça cette douleur physique qui ne voulait pas disparaître. Il s’était forcé à ingurgiter des fruits et des graisses mais il n’était pas sûr que cela suffise.

Il regardait à l’extérieur. La neige sur les pics formait un manteau brillant sous les rayons du soleil pas avare aujourd’hui. Il pensait à elle. « Ismise, tu es mes montagnes, mes forêts, mes océans, mon ciel, la brise du matin, la lune, mes nuits, l’herbe sous mes pieds, la cime des arbres,… tout ce qui compose mon monde. Sans toi je n’ai plus rien. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 10 Jan - 18:54

Le 24 décembre 2016,

Il ne fait pas encore jour. Alex se retourne encore et encore dans sa couche. Le fauve avait entendu son agitation, ça avait dû le réveiller. Il souhaitait rejoindre son maître, le seul qui lui restait, sa maîtresse ayant décidé de l’abandonner il y a quelques mois de cela. Elle avait, sans crier gare, ignoré l’amour infini que lui portaient ces deux êtres aujourd’hui perdus. Cruel destin !

L’ancien Baron, triste comme tous les jours, se leva. Il ouvrit la cage du fauve pour lui laisser ainsi prendre place dans cet espace qui lui était consacré. Ce dernier accepta une marque brève d’affection et réclama directement de la nourriture. Au moins, à la différence de l’ancien archer, le félin avait gardé la santé malgré l’absence totale de sport, jeux et autres activités. C’est sa « maman » qui avait toujours prit cette charge pour elle. Chaque fois qu’il avait essayé de jouer avec lui son cœur lui rappelait la situation et il partait en crise de larmes. Il ne pouvait se substituer à elle. Il connaissait les trucs mais n’avait pas la force de les mettre en œuvre. Il se disait que peut-être cela allait s’arranger une fois la période dépressive passée. Encore fallait-il qu’elle passe. Mais le temps passant ne lui donnait pas de raison de penser que ça allait arriver.

Le soleil se montra enfin. Il avala son breuvage et se remis à penser. C’est la seule chose qu’il était capable de faire. Pourtant il ne devait pas se laisser aller, il devait rejoindre des proches dans quelques heures. Il n’avait pas le cœur à ça. Il versa quelques larmes. C’est avec elle qu’il aimerait être exclusivement. Trop de souffrance. Il l’aimait comme un fou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 10 Jan - 18:55

Le 25 décembre 2016,

Il avait à peine dormi, quelques heures au mieux. La soirée avait été triste, pour lui en tout cas. Les personnes autour de lui avaient fait des efforts mais rien ne pouvait lui apporter un sourire. La princesse lui avait même fait remarquer qu’il était bizarre de ne jamais sourire ce à quoi l’ancien druide avait forcé un sourire de circonstance. Il avait réussi à s’isoler plusieurs fois dans la soirée pour aller verser quelques larmes. Il avait fait ça le plus discrètement pour ne pas les inquiéter.

Il aurait pu repartir dans la nuit, le carrosse était prêt et il ne s’était pas enivré. Il avait pourtant trouvé plus sage de profiter plus complètement de l’hospitalité offerte. Au lieu de ça, il avait écouté les autres dormir, il avait veillé sur leur sommeil. Cela lui avait permis de verser l’excédent de larmes, en silence, comme un animal blessé qui se cache en attendant la fin.

Le soleil levé, il n’avait pas attendu longtemps avant de reprendre le chemin du retour afin de s’isoler à nouveau dans sa grotte. C’était le seul endroit où il avait l’impression de ne pas gêner les autres par son mal être. Il recommença à pleurer ce qui dura la majeure partie de la journée. Il n’arrivait pas à faire autre chose que penser à elle. Elle lui manquait tant. Il voulait hurler, s’écorcher de l’extérieur pour qu’il ressemble à son intérieur ravagé. Il répéta comme souvent ces mots « Reviens Ismise ! Je t’Aime ! » Il fallait qu’il trouve le sommeil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Mar 10 Jan - 18:55

Le 26 décembre 2016,

Une journée où il était resté enfermé dans le noir de plus. Il ne voulait pas sortir. Il n’en avait pas la force ni l’envie. Voir les autres s’amuser, être heureux, jouir de cette période ne lui rappelait que ce sentiment d’abandon qu’il ressentait tous les jours. Il n’avait pas mérité ça si plus est qu’il avait mérité quoi que ce soit. Qu’avait-il fait de mal pour être puni à ce point ? Lui qui l’avait aimé comme il ne pourra jamais aimer à nouveau si ce n’est elle. Lui qui lui avait donné ses sentiments, son cœur, son être. Lui qui ne pouvait se détacher de cet amour. Il pleura à nouveau en pensant à Ismise et à l’amour qu’il lui porte encore.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Sam 14 Jan - 11:33

Le 28 décembre 2016,

Ses proches avaient quitté la mégapole ce matin. Il n’avait pas fait l’effort de retourner les voir depuis quatre jours. L’ancien druide était resté enfermé s’excluant au maximum de toute vie sociale. Il avait trop mal. Il l’imaginait heureuse et cela le faisait souffrir de penser que c’était possible sans lui. Tant d’investissement de sa part, trop de confiance donnée pour se faire trahir au final. Ce n’était pas juste.

Il fallait qu’il sorte. Il se décida à se préparer afin de tenter une excursion, seul comme toujours. Une fois propre, changé, les yeux certes rougis mais épongés, il prit la route. Si seulement elle pouvait être au bout du chemin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Sam 14 Jan - 11:34

Le 29 décembre 2016,

La veille, il était rentré en pleine nuit. Il n’avait adressé la parole à personne depuis de nombreux jours. A ce rythme il risquait d’oublier l’usage de celle-ci. Pourtant il allait devoir parler un minimum aujourd’hui. Le fauve n’avait plus rien pour se nourrir. Alex allait donc devoir se forcer à avoir des interactions sociales. Plus les jours avançaient et plus il devait s’accrocher pour ne pas sombrer. Il y aura-t-il une fin à cette descente aux enfers ? Il l’aimait trop.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: Décembre 2016   Sam 14 Jan - 11:52

Le 31 décembre 2016,

Il aurait aimé ne pas se réveiller aujourd’hui. Il savait que la journée allait être chargée en souffrance et chagrin. Cinq mois qu’il souffrait comme il n’avait jamais souffert et ce n’était que le début de son calvaire. Plus il souffrait et plus il se rendait compte de l’amour qu’il lui portait.

Il se prépara pour tenter une sortie de sa grotte. Il allait trouver le messager, toujours en gardant cet espoir, d’avoir de ses nouvelles. Il savait que c’était peu probable et il ne chercherait pas à en savoir plus, cela lui faisait trop de mal. Elle lui manquait tellement son aimée, son cœur, son ange, son amour. Il lui aurait tout donné alors qu’elle avait préféré de tout lui reprendre. Il ne comprenait pas, ce monde n’avait plus de sens. Tous ses repères, ses croyances ne trouvaient plus de logique. Elle qui était sa raison d’être, sa raison de vivre, d’avancer.


« Je t’aime Ismise. Si tu pouvais m’aimer comme je t’aime. Tu me manques. Ma vie sans toi n’a pas de sens. Je t’attends et t’attendrais. Je t’Aime. » Les mots résonnaient dans cette pièce aussi silencieuse qu’un cimetière, là où ses plaintes ne trouvaient écho que dans sa tête. Pourquoi vivre quand tout le reste est mort ?

Il jeta un œil à l’extérieur. La brume limitait la distance d’observation. Ce voile blanc annonçait-il qu’il était au paradis. Conneries ! Il était bel et bien en enfer, il en était sûr, pas de purgatoire pour lui. Son paradis il l’avait perdu quand elle était partie. Il l’aime tant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Décembre 2016   

Revenir en haut Aller en bas
 
Décembre 2016
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 31 décembre 2016 (Nouvel an)
» [BOULOISES] Vendredi 2 décembre 2016
» Challenge visiteurs - 01 au 15 Décembre 2016
» FORT BOYARD VIRTUEL (18) [SPÉCIALE 1996] Entre le 21 et 24 décembre 2016
» L'après 19 décembre 2016 : Parlons - en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres à Ismise :: Lettres à Ismises :: 2016-
Sauter vers: